Le type de poissons à ne pas consommer au Maroc

  • Catégorie : Nutrition

Nous aimons tous le bon poisson frais marocain. Le poisson fait partie des repas préférés des marocains. Cependant, de nos jours, il faut porter une attention particulière au poisson contaminé qui peut avoir des conséquences néfastes sur notre santé et celle de nos enfants.

poisson mercure maroc

La teneur moyenne en mercure dans les produits de la pêche débarqués au niveau des deux littoraux marocains de 2010 à 2016 était de 0,073 mg/kg, soit en deçà des limites réglementaires en vigueur qui sont de 1 mg/kg pour les grands poissons prédateurs et de 0,5 mg/kg pour les poissons non prédateurs, indique une étude de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

 L’évolution des teneurs moyennes en mercure de tous les produits de la pêche débarqués au Maroc durant cette même période ont augmenté d’une année à l’autre, se multipliant, parfois, par cinq, en passant de 0,02 mg/kg en 2010 à 0,127 mg/kg en 2016, s’alarme cette étude publiée sur l’édition du 1er trimestre 2017 de Toxicologie Maroc. 

Détaillant les résultats d’analyse de quelque 869 échantillons, effectuée dans le cadre du plan de surveillance du mercure développé par l’ONSSA entre 2010 et 2016, cette étude révèle que les espèces de poisson accumulant les teneurs en mercure les plus élevés sont la bonite (0,314 mg/kg), le mulet (0,195 mg/kg), la roussette (0,192 mg/ kg), le requin (0,182 mg/kg), l’espadon (0,173 mg/kg), le calamar (0,172 mg/ kg) et l’anguille (0,133 mg/kg).

En revanche, les espèces de poissons où le mercure n’a pas été détecté sont l’ombrine, le dente et le coq rouge, souligne l’étude, ajoutant que les teneurs les plus faibles en mercure sont présentes chez la sardinelle (0,012 mg/kg), le rouget (0,023 mg/kg), le pageot (0,026 mg/kg), le capelan (0,037 mg/kg) et la sardine (0,038 mg/kg).

Les concentrations moyennes obtenues pour le maquereau, le congre et le poulpe dans cette étude est de 0,077, 0,09 et 0,028 mg/kg, respectivement.

Le danger du mercure

Le mercure est toxique et se cache dans de nombreux objets de la vie quotidienne comme le poisson, les lampes et même les dents. Mais nul besoin de paniquer, mieux vaut opter pour la prudence.

Auparavant, on trouvait du mercure (plus précisément mercure élémentaire) dans tous les thermomètres. Aujourd’hui, la plupart de ces instruments utilisent des piles ou sont remplis avec d’autres liquides et sont donc absolument inoffensifs. Le plus grand danger d’intoxications se situe actuellement dans le mercure que les gens ingèrent quotidiennement par l’alimentation, notamment par le poisson contaminé. Cela provient du fait que le mercure peut se lier dans l’environnement à d’autres substances que l’organisme ne peut pas éliminer aussi facilement que le mercure élémentaire. La forme la plus toxique s’appelle méthylmercure (mercure organique). Si un poisson ingère de tels composés, ils s’accumulent dans ses tissus graisseux et parviennent chez l’humain par le biais de la chaîne alimentaire.

Le mercure peut se transformer dans l'environnement. Le méthylmercure tend à s'accumuler, jusqu'à un certain point, dans tous les poissons, mais plus particulièrement dans les prédateurs susmentionnés. L'absorption du méthylmercure se fait d'abord par le tube digestif pour ensuite se répandre dans le reste du corps. L'élément toxique pénètre facilement dans le cerveau, où il peut demeurer pendant une longue période. Chez la femme enceinte, il peut traverser le placenta et s'accumuler dans le cerveau et les tissus du foetus. L'enfant peut également être contaminé au méthylmercure par ingestion de lait maternel.

Le système nerveux en développement d'un enfant est particulièrement sensible au méthylmercure. Les effets varient selon le niveau d'exposition; ils peuvent se manifester par une baisse du QI, des retards moteurs et verbaux, un manque de coordination, des problèmes de cécité ou encore des crises d'épilepsie. Chez les adultes, les effets d'une exposition importante se remarquent par des changements de personnalité, des tremblements, des troubles visuels, des problèmes de surdité, la perte de coordination musculaire et de sensation, des troubles de la mémoire, des déficiences intellectuelles et même le décès.

Consultez les meilleures plats et recettes marocaines.


Source: 

Voici les poissons qu’il vaut mieux ne pas consommer au Maroc

Le mercure et la santé humaine